Un parasite est un être qui vit au dépend d'un autre. On peut retrouver chez les oiseaux en captivité deux principaux types de parasites : les parasites internes et les parasites externes. Les parasites internes vivent directement dans l'animal. Souvent, il s'agit de parasites intestinaux, mais il existe également des parasites sanguins ou sous-cutanés. Les parasites externes vivent quant à eux directement sur la peau ou les plumes de l'oiseau.

Le cycle de vie d'un parasite

Il existe deux types de cycle. Le cycle direct et le cycle indirect. Les parasites qui ont un cycle direct ne nécessitent qu'un seul hôte (l'oiseau). Ils passent donc par contact direct d'un oiseau à un autre. L'oiseau peut même se re-contaminer lui-même si la volière ou la cage n'est pas adéquatement désinfectée. Les parasites qui ont un cycle de vie indirect ont besoin d'un ou plusieurs hôtes intermédiaires pour une partie de leur développement. Cet hôte intermédiaire peut être un insecte ingéré par l'oiseau ou même un petit mammifère dans le cas des oiseaux carnivores ou oiseaux de proies. Il est donc crucial de connaître le cycle de vie du parasite pour pouvoir correctement traiter l'oiseau infecté. Si le parasite a un cycle direct, il faut s'assurer d'avoir une désinfection qui soit la plus parfaite possible, alors que dans le cas d'un parasite à cycle indirect, il faut surveiller l'alimentation de l'oiseau plus que son environnement. La façon le plus commune d' « attraper » des parasites internes est d'en ingérer par la bouche. Par contre, il existe d'autres façons de se contaminer.

Les parasites externes

Il y a plusieurs types de parasites externes. Cependant, les plus fréquemment rencontrés sont les mites, les poux et les tiques. Cependant, il est aussi possible qu'un oiseau soit infesté par des larves de mouches ou de moustiques. Ces mouches déposent leurs oeufs dans des plaies ouvertes présentes chez les oiseaux et lorsque les oeufs éclosent, les larves qui en sortent bougent sur l'animal. Il faut consulter un vétérinaire sans tarder, puisque le traitement est souvent chirurgical.

Un oiseau atteint de parasites externes aura tendance à se gratter très souvent à l'aide de son bec ou de ses pattes. L'oiseau peut même devenir anémique s'il est l'hôte de parasite hématophage (qui se nourrissent de sang).

Les parasites externes sont relativement rares chez les perroquets en captivité. Ils sont plus fréquents chez les pinsons et canaris. Les tiques sont très rares en captivité. On les rencontre plus fréquemment chez les oiseaux sauvages vivant à l'extérieur. Les poux ont l'avantage d'être très spécifiques. C'est-à-dire qu'ils ne vivent que chez certaines espèces très particulières et ne peuvent vivre sur d'autres espèces d'oiseaux. Cela aide beaucoup pour limiter leur propagation. Il est également intéressant de savoir qu'il n'est en aucun cas dangereux pour les humains ou les autres mammifères ou reptiles de la maison d'attraper ces poux, car ils ne vivent que sur certaines espèces d'oiseaux. Les poux sont rouges ou gris. On peut les voir dans le fond de la cage, sur une surface blanche. Les poux sucent le sang de l'oiseau et retourne ensuite dans le fond de la cage. Ces poux causent du prurit (démangeaisons) et il faut les éliminer rapidement avec des produits vendus à cet effet chez les vétérinaires,

Il existe plusieurs types de mites d'oiseaux :

Mites du bec et des pattes (aussi appelés acariens de la cire) :

Son nom scientifique est Knemidocoptes pilae . On appelle aussi cette maladie « la gale ». Les symptômes d'un oiseau ayant des acariens de la cire sont les suivants :

  • Présence de croûtes au niveau du bec et de la cire, pouvant même parfois se rendre aux paupières, aux joues et tout autour du bec.
  • Présence de croûtes aux pattes, pouvant même se rendre jusqu'au cloaque. Si on regarde attentivement, il est possible de voir des petits trous (comme des alvéoles d'abeilles) sur la région affectée. Ces trous servent de refuge aux mites. Elles entrent en faisant de petits trous et font des tunnels sous la peau. C'est une condition assez fréquente chez la perruche ondulée.

Le traitement consiste à nettoyer la cage et l'environnement comme il se doit, et répéter ce nettoyage durant le traitement. On traite cette maladie à l'aide de l'Ivermectin topique, un produit vendu dans les cliniques vétérinaires à la suite d'un examen de l'oiseau seulement (on ne peut s'en procurer sans que l'oiseau malade ne soit vu).

Mites des plumes :

Ces mites sont moins fréquentes que les premières, mais peuvent tout de même apparaître. Les mites des plumes se logent dans la tige de la plume et se nourrissent des débris de l'épiderme. Les mites peuvent aller jusqu'à briser les plumes. Elles provoquent de la démangeaison et peuvent être une cause du picage chronique.

Mites du système respiratoire :

Ces acariens se trouvent plus souvent chez les canaris et les pinsons. Les mites se logent dans la trachée et peuvent entraîner des complications respiratoires.

Mites de la peau :

Rare chez les oiseaux d'intérieur, mais ceux qui vivent à l'extérieur en ont presque toujours. Ils entraînent beaucoup de prurit (démangeaisons) et, par le fait même, des lésions.

Toutes ces mites se traitent à l'aide de l'Ivermectin, un produit vendu sous ordonnance chez les vétérinaires.

Les parasites internes

Les parasites internes ne sont pas très fréquents chez les oiseaux en captivité et les coprologies de routine ne sont généralement pas faite lors d'examen annuel chez le vétérinaire. Les signes cliniques les plus fréquents d'un animal ayant des parasites internes sont les suivants :

  • Anorexie
  • Diarrhée
  • Constipation
  • Distension abdominale
  • Sang dans les selles
  • Perte de poids
  • Présence de vers dans les selles

Pour savoir de quel parasite il s'agit et pour pouvoir traiter adéquatement, il est important d'amener un échantillon de selle chez un vétérinaire. Il procédera à une analyse de selles (flottaison). Lors de la lecture de la lame au microscope, il sera ensuite en mesure d'identifier l'oeuf ou le parasite en question et de vous prescrire le bon médicament. Il existe plusieurs sortes de parasites internes, voici les plus fréquents.

Les Nématodes

1. Ascaris (vers ronds)

Les ascaris ont l'apparence d'un petit spaghetti avec les deux extrémités effilées. Les oeufs de ce nématode sont très ronds et ont un centre très foncé. Ils peuvent se trouver dans presque toutes les parties ou organes du corps de l'oiseau.

2. Les vers à crochets

Ces parasites portent le nom de vers à crochet, car il s'accroche à leur hôte pour pouvoir rester en place et éviter ainsi d'être délogé et éliminé.

3. Strongyloïdes

Le cycle de ce parasite est généralement direct. La larve entre dans le corps de l'animal soit par la bouche ou directement à travers la peau. On le retrouve fréquemment dans le petit intestin.

4. Oxyures (PIN WORM)

Ils ont généralement un cycle de vie direct.

Les cestodes (vers segmentés aussi appelés tænia)

Tous les cestodes d'oiseau résident dans le petit intestin. Les vers segmentés ne sont généralement jamais retrouvés en entier dans les selles. On retrouve des segments de vers. Ces segments ressemblent à des grains de riz. Tous les cestodes aviaires ont un cycle de vie indirect et sont donc non fréquent chez les oiseaux en captivité qui mange de la moulée. Il est important de choisir des insectes de qualité pour les oiseaux insectivores, car les insectes peuvent servir d'hôte intermédiaire aux cestodes.

Les trématodes

Les trématodes ont un cycle de vie indirect et sont rarement transmit en captivité. Ils sont souvent transmis par des escargots d'où la faible incidence en captivité.

Les protozoaires

1. Les coccidies ( Eimeria, Crytposporidium, Isospora, Toxoplasma, Sarcocystis, etc.)

Ce parasite intracellulaire peut avoir un cycle de vie direct ou indirect selon l'espèce du parasite. Les coccidies habitent généralement les cellules épithéliales qui recouvrent les intestins.

2. Les flagellés ( Giardia, Trichomonas, etc.)

Il existe plusieurs espèces de ce type de protozoaire. Ce protozoaire est fréquemment retrouvé chez les pinsons australiens. Le diagnostic n'est pas toujours évident à réaliser.

Le traitement des parasites internes

Pour traiter les parasites internes, il est nécessaire de commencer par une analyse de selles. Cette coprologie doit être réalisée par un vétérinaire compétant en médecine aviaire. Il est vrai qu'un oeuf d'ascaris ressemble toujours à un oeuf d'ascaris et une coccidie toujours à une coccidie. Le but de consulter un vétérinaire compétant en médecine aviaire n'est pas parce que les autres vétérinaires ne seraient pas capables de trouver le parasite problématique, mais plutôt car la posologie des drogues utilisées chez les oiseaux est différente de celle pour les mammifères. Il ne faut pas oublier non plus que certaines espèces sont plus sensibles que d'autres à certaines drogues.

Les coccidies

Ce parasite se traite à l'aide des sulfas.


Les cestodes et les nématodes

On peut traiter ces deux types de parasites de la même manière. La drogue à utiliser est le Praziquantel.


Les nématodes

Ces parasites se traitent très bien à l'aide de Fenbendazole (Panacur©).

Prévention

La prévention des parasites consiste à faire une bonne quarantaine à tous les nouveaux oiseaux. La quarantaine permettra de découvrir la présence de parasites externes. Puisque les parasites internes ne sont pas communs chez les oiseaux en captivité, une coprologie n'est généralement pas effectuée de routine. Un examen lors de l'acquisition et un examen annuel chez un vétérinaire aviaire permettront d'enrayer et de prévenir la présence de parasites chez l'animal.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Blogger templates


Top Blog
Blog - Guide web indeXweb.info http://www.blogzone.fr/gestion/in.php?url_id=16331 --- Annuaire de blogs --- Annuaire Animaux Ma Page sur Hellocoton
Retrouvez fati85 sur Hellocoton
-- Annuaire Blog